Quelles différences entre un puits foré conforme et un forage « hasardeux » ? (sur la région Bassin d’Arcachon)

Un foreur amateur ne vit QUE sur L’ESPÉRANCE.

Il espère avoir de l’eau.

Il espère qu’elle sera bonne.

et il espère que son forage va durer.

LE PUISATIER LUI, c’est l’inverse

Il est sûr d’avoir de l’eau

Il est sûr que l’eau sera bonne.

Il est sûr que son puits va durer plusieurs générations.

Voyez autour de vous les puits anciens ..

Il y a tellement de différences qu’il n’est pas facile d’en parler, en très GROS, le puits foré traditionnel (conforme) est « presque » toujours BON et le forage hasardeux « presque » toujours MAUVAIS.

Ah oui et pourquoi ces fameux « presque » ?
EXPLICATIONS
A l’époque de l’eau à la pompe, la fonction première du puits foré traditionnel est de procurer une eau propre, à usage domestique. Les puits alors étaient fatalement tous BONS (pour la bonne raison qu’il n’ y avait aucun intérêt a en créer un mauvais)
Ce qui a tout chamboulé (en France et ailleurs) c’est l’arrivée de l’eau dans les robinets (en 1960 dans notre région), cette eau nouvelle était notre bonne fée à tous (tout comme l’électricité). Dorénavant plus besoin de se lever a 5 h du matin pour faire chauffer l’eau pour dégeler la pompe, plus besoin de puits, et donc plus besoin de puisatiers.
Au fil du temps tout le savoir faire c’est perdu. Quand l’eau du robinet est devenue « chère » on a voulu de nouveau refaire des puits mais .. plus de puisatier en vue.
Alors les plombiers (en premier), faute du savoir-faire des puits traditionnels, ce sont mis aux forages « hasardeux », comme ça au hasard, n’importe où, et surtout  n’importe comment, au petit bonheur la chance.
RÉSULTATS
Un immense gâchis est né, le début de la pollution des nappes, des milliers de forages hasardeux ont vus le jour tout autour du Bassin, et petit a petit on s’est aperçut du mélanges des eaux souterraines, entraînant bactéries et eaux ferrugineuses, de nombreux murs et jardins en témoignent ici et là.  Des lois ont été votées, difficilement applicables pour le moment, mais cela ne n’empêche pas le retour du travail bien fait et le respect de l’environnement.
Il y a trente ans maintenant, pressentant le danger, je sonnais aux portes des mairies de la région, peine perdue, les Maires me répondaient , mais tu nous emmerdes avec tes puits, faire appliquer les lois ? mais  tu n’y penses pas , ce n’est pas populaire!!!
Pour en revenir au forage « hasardeux », quand je dis  qu’il est « presque » mauvais, c’est uniquement pour ne pas vexer les foreurs , mais  je dis (sans trop me tromper) que 99%,999 de leurs forages ne sont pas bons , (même si envie de dire 100/100 %…. je ne peux légalement pas l’écrire
Ce n’est pas leur matériel qui est en cause, mais leur formation, vous l’avez bien compris. Ils ne savent différencier les bonnes nappes des mauvaises et la majorité sans foutent complètement (déjà avoir de l’eau est pour eux un exploit ! elle est mauvaise et pourrie certes!  mais ne vous plaignait pas il y a de l’eau , en fait  ils ne garantissent rien  et l’écrivent)
Ce que je trouve dommage chez certains foreurs c’est qu’ils n’asseyent pas d’apprendre le puisage  mais bon!!
Alors i n’ y aurait pas de bons foreur?
OH, QUE SI  ! et même de très bons, mais ils travaillent à une autre échelle  (ils ne sont pas a notre portée) ,  j’ai connu dans la région un super foreur qui travaillait comme un puisatier c’est  JEAN CLAUDE MUTZ (de Gujan) homme intègre, ayant les bonnes connaissances du sous-sol, compétent, généreux , sachant rendre service (ses forages sont toujours en activités dans la région)
Concernant les puits traditionnels que nous réalisons associativement on a parfois des « traces » ferrugineuses, c’est pourquoi je disait le mot « PRESQUE » mais ce n’est rien par rapport au forages hasardeux.
Les puisatiers qui représentent l’association garantissent leur travail et le résultat final. Nous vous conseillons et vous accompagnons également pour la mise en place des pompes, de l’arrosage, la filtration ..